La santé est un de nos biens les plus précieux :

la Suisse a les moyens d'offrir

à tous ses habitants des soins de qualité

 

Davantage de vélo au quotidien et pour les loisirs.

 

Investir dans la formation, c'est investir

dans notre avenir à toutes et tous.

 
 

Le temps presse

3 novembre 2016

Image Le temps presse

Jean-François Steiert, conseiller national, membre de la Commission de la science, de l’éducation et de la recherche

Le temps presse

Nos hautes écoles ont largement profité des programmes de recherche européens au cours des dernières années. Nous avons gagné sur le plan financier, en tant que bénéficiaire net des programmes, et par le biais de ces programmes qui permettent à nos institutions de formation et de recherche de maintenir et de développer leur position forte dans les réseaux internationaux de recherche. C’est une des conditions essentielles pour maintenir notre capacité d’attrait de forces vives sur le plan international et notre capacité à produire des biens et des services à haute valeur ajoutée fondamentale à notre prospérité.

Depuis l’acceptation de l’initiative sur l’immigration de masse, la situation a changé: les contingents d’immigration qui figurent dans le nouvel article constitutionnel ne sont pas compatibles avec le principe de la libre circulation des personnes et menacent donc les relations contractuelles entre la Suisse et l’Union européenne. La fragilisation des accords sur la formation et la recherche et leur limitation dans le temps ont entraîné un certain affaiblissement de notre place de recherche, notamment parce que certains chercheurs de renom hésitent à s’installer en Suisse dans des conditions peu claires – ou la quittent s’ils sont déjà là.

La clé réside dans la ratification du Protocole d’extension de la libre circulation des personnes à la Croatie. Elle pourra politiquement s’effectuer dès l’adoption par les deux chambres, idéalement en décembre 2016, de la législation de mise en œuvre de l’initiative sur l’immigration. Si cela devait échouer, les commissions compétentes des deux chambres pourraient entamer une procédure d’urgence pour demander au Conseil fédéral une ratification sans condition et immédiate dans l’intérêt de la recherche et de la prospérité dans notre pays.

Jean-François Steiert



 
 
 
 

Conseiller national (PS / FR);

  • membre de la commission de l'éducation, de la science et de la recherche (président de la délégation socialiste)
  • membre de la commission de la santé et des affaires sociales
  • membre de la sous-commission "Loi sur l'assurance-maladie"
 

Réseaux sociaux - Suivez
Jean François Steiert :